CFM

CFM

I am Mohamed, business development manager,  Moroccan Web Design, PHP web Development firm and SEO consultant. We have over 8 years of experience in professional web designing, PHP mysql development and seo services.

URL du site internet: http://www.elkhadir.com

 La 33è promotion de , l’Institut d’Economie Douanière et Fiscale (IEDF) de Kolea (Ph IEDF)

 

 C’est une institution algéro-tunisienne qui a fêté son 35ème anniversaire le 3 septembre dernier, elle a ses «anciens » et sa 33ème promotion vient de sortir dimanche à Koléa avec 67 étudiants dont 17 tunisiens.

 

 Dans une relative discrétion, l’Institut d’Economie Douanière et Fiscale (IEDF), créé en 1981 à la suite d’une convention entre les deux pays a formé au cours de ces années plus de 1209 cadres avec le grade d'inspecteurs divisionnaires au profit des ministères des finances des deux pays.

 Dans une région où l’échec de la construction maghrébine suscite beaucoup d’amertume et de déceptions, l’aventure de l’IEDF, et de l’Institut de Financement du Développement du Maghreb Arabe (I.FI.D) créé en vertu de la même convention, constituent une de ces discrètes exceptions qui ont tenu la route.

  Un esprit IEDF-IFID

 Les «anciens » de l’IEDF et de l'IFID ont continué, après les études, à maintenir des relations fortes.  Il y a un «esprit IEDF-IFID» fait de sérieux et d’exigences, nous disait un ancien banquier public qui citait l’institution comme un modèle de coopération réussie au Maghreb.

 l’Institut d’Economie Douanière et Fiscale (IEDF dont le DG est désigné par le ministre des finances algérien alors que le Président du Conseil d’Administration est désigné par son homologue tunisien dispense une formation de post graduation spécialisée en finances publiques de deux années. D’emblée, l’école a eu pour but de se mettre dans les standards internationaux.

 Le nombre réduit des étudiants dans chaque promotion est un choix délibéré destiné à favoriser «l’excellence » avec un enseignement qui se veut résolument ouvert sur les administrations en charge des finances publiques.  La formation, très soutenue, ne se limite pas à un enseignement classique.

Le nombre réduit des éléments de chaque promotion permettant d’organiser des stages, des séminaires et aussi d’assurer un encadrement très fort des étudiants.

 L’IEDF a assuré la formation de centaines d’inspecteurs centraux des douanes et des impôts en Algérie et en Tunisie. Son homologue tunisien, l’Institut de Financement du Développement du Maghreb Arabe (I.FI.D) a formé de nombreux cadres pour le secteurs des  Banques et des Assurances. ,

 «Beaucoup de lauréats de l’institut se trouvent aujourd’hui exerçant de hautes fonctions d’encadrement, telles que Directeurs Centraux et premiers responsables des administrations territoriales financières et s’intègrent harmonieusement dans la dynamique de conduite des projets de développement de ces mêmes services » souligne avec fierté le site de l’IEDF.

 

 

Bordeaux accueille la 14e Convention Europe Afrique du Nord

La Tribune de Bordeaux

Par Elise Kessler  |  15/12/2016, 11:59 

 

La 14e édition de la Convention Europe Afrique du Nord se tiendra les 16 et 17 décembre 2016 au Palais de la Bourse à Bordeaux. (Crédits : DR)Créée à Paris en 2002 par Mohamed El Ouahdoudi, la 14e édition de la Convention Europe Afrique du Nord aura lieu pour la première fois à Bordeaux. C'est au Palais de la Bourse les 16 et 17 décembre que se déroulera ce rendez-vous incontournable des acteurs économiques.

La 14e édition de la Convention Europe Afrique du Nord se tiendra les 16 et 17 décembre 2016 au Palais de la Bourse à Bordeaux. Créée à Paris en 2002 par Mohamed El Ouahdoudi, cette plate-forme dynamique d'échanges économiques est organisée pour la première fois à Bordeaux. Les pays du Maghreb et la France héritent d'une histoire commune et de relations privilégiées, ainsi les échanges permanents s'intensifient dans tous les domaines et plus particulièrement sur le plan économique. La France est le premier partenaire commercial et le principal investisseur dans les pays du Maghreb. De solides liens unissent la France et le Maghreb comme l'a démontré la présidente de la COP21, Ségolène Royal, en passant le flambeau de la Conférence sur le climat au Maroc, qui prend le relais en organisant la COP22 à Marrakech. On note également une forte dynamique des projets France-Tunisie et France-Algérie dans tous les domaines. C'est donc dans ce contexte que cette nouvelle Convention ambitionne de faire émerger des solutions pour entreprendre, travailler et s'informer sur les opportunités entre la France et le Maghreb, tout en intégrant la dimension européenne.

"La Convention a une politique positive, dans le sens où pour nous le plus important c'est de valoriser les bonnes initiatives, nous encourageons tout ce qui peut participer à donner une meilleure image du Maghreb, explique Mohamed El Ouahdoudi. De plus, c'est un événement fédérateur c'est-à-dire que c'est le seul qui réunit des Etats, des entreprises, des associations, des particuliers qui ont des projets, c'est ouvert à cette multitude d'acteur."

Une plate-forme dynamique d'échanges économiques

La Convention Europe Afrique du Nord s'adresse aux professionnels, ainsi, environ 300 entreprises sont attendues pour cette édition 2017. Les objectifs de cette année sont d'identifier et de promouvoir des projets économiques franco-maghrébins, et de faciliter l'implantation et la création d'entreprises.Ce rendez-vous mettra l'accent le développement des secteurs d'activités émergents au Maghreb : économie numérique, l'énergie, la finance, le tourisme...

Pour cette 14e Convention, cinq temps forts au programme : une exposition économique pour des rendez-vous d'affaires, une dizaine de conférences, une soirée France-Maghreb pour la convivialité et les échanges de contacts, des visites de sites touristiques et des échanges avec les étudiants des pays d'Afrique du Nord, enfin une remise de trophées récompensant les meilleures initiatives, notamment dans l'économie. La 15e édition se déroulera les 8 et 9 décembre 2017, une fois de plus à Bordeaux.

"En 2002, l'APCE (Agence pour la création d'entreprise) a réalisé la première étude sur l'entrepreneuriat immigré en France, cette étude a eu un impact considérable car on a montré que dans la région parisienne 10 % des entrepreneurs sont issus de l'immigration africaine. Par ailleurs, depuis son indépendance, l'Afrique du Nord est une région qui ne cesse de se développer. Chaque année, le France fait huit fois le PIB de l'Afrique du Nord, j'ai envie de dire, seulement huit fois. Finalement, je suis certain que dans cinq ou dix ans on verra l'Afrique du Nord émerger comme un pôle à part entière", conclut Mohamed El Ouahdoudi.

 

 

http://www.bordeaux.fr/ebx/pgPresStand8.psml?_nfpb=true&_pageLabel=pgPresStand8&classofcontent=presentationStandard&id=121381

La rencontre annuelle des entreprises et des acteurs économiques de l'espace Europe Afrique du Nord qui aborde les domaines économiques prioritaires se tiendra les 16 et 17 décembre 2016 au Palais de la Bourse.
Créée à Paris en 2002 par Mohamed El ouahdoudi, la Convention est organisée pour la première fois à Bordeaux, ville ouverte sur le monde, et dont les entreprises sont fortement actives en Afrique du Nord.
 Après douze éditions à Paris, une à Orly et une à Marrakech, la Convention Europe Afrique du Nord inaugure avec Bordeaux un nouveau cycle d'éditions en régions, afin de les faire découvrir aux dizaines d'entreprises maghrébines qui y participent chaque année.

Développer des potentialités économiques en terme d’échanges commerciaux, d’emplois et de compétences.
Premier partenaire commercial et principal investisseur dans les pays du Maghreb, la France continue à entretenir avec le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, l’Egypte et la Mauritanie des relations privilégiées, héritage de l’Histoire mais aussi d’échanges permanents qui s’intensifient dans tous les domaines et tout particulièrement sur le plan économique. 
Malgré une concurrence acharnée, les entreprises françaises font preuve de capacités d’adaptation et d’innovation dans les projets réalisés en Afrique du Nord, et bénéficient des liens solides entre la France le Maghreb, comme vient de le démontrer le passage de témoin de la COP 21 de Paris à la COP 22 de Marrakech, ou la dynamique des projets France-Algérie, et France-Tunisie dans tous les domaines. 

C’est dans ce contexte que se tiendra la 14e Convention Europe Afrique du Nord dont l’ambition est de faire émerger des solutions pour entreprendre, travailler et s’informer sur les opportunités entre la France et les pays d’Afrique du Nord en intégrant la dimension européenne. 

La Convention Europe Afrique du Nord s'adresse aux exportateurs, promoteurs, entrepreneurs, employés en relation d’affaires avec la région ; aux entrepreneurs, futurs entrepreneurs intéressés par l’Afrique du Nord ; aux cadres et professionnels à la recherche d’opportunités d’emplois ou de création d’activité ; ainsi qu'à tous les professionnels à la recherche d’informations et de contacts dans la région.

Cinq temps fort sont au programme :

  • une exposition économique pour des rendez-vous d’affaires,
  • des conférences sur les opportunités, les projets à développer ainsi que des annonces d’implantations d’entreprises,
  • les Trophées récompensant les meilleures initiatives, notamment dans l’économie numérique
  • la Soirée France-Maghreb, traditionnel temps de convivialité et de réseautage très prisé par les participants,
  • des visites de sites touristiques, et temps d’échanges avec les étudiants du Maghreb.
jeudi, 15 décembre 2016 00:00

CONFERENCE DE PRESSE DE LA CONVENTION

CONVENTION EUROPE – AFRIQUE DU NORD : CHANGER LE REGARD !

14 décembre 2016, par Pierre SAUVEY. Catégorie : Au Club

La Convention Europe-Afrique du nord se déroule à Bordeaux, les 16 et 17 décembre 2016. Mohamed El Ouahdoudi a présenté ses enjeux au Club de la Presse. Pour lui, « il est urgent de porter un autre regard sur l’Afrique du Nord ».

La Convention Europe – Afrique du Nord, organisée à Bordeaux pour la première fois à Bordeaux les 16 et 17 décembre 2016, doit regrouper 300 participants, entreprises, chambres de commerce d’Afrique du Nord, investisseurs, associations…

Pour Mohamed El Ouahdoudi, principal organisateur de la convention, « le contexte a changé et l’Afrique du Nord, particulièrement le Maghreb, atteint une maturité commerciale. La France est un partenaire commercial et investisseur avec les pays du Maghreb. Mais il faut maintenant que le regard des entreprises change rapidement pour ne pas rater le décollage économique de cette zone ».

Convention Europe – Afrique du Nord à Bordeaux… par clubpressebdx

Mohamed El Ouahdoudi veut « contribuer à la mise en place du marché économique commun du grand Maghreb et de l’Afrique du Nord, dans lequel la France avec toutes ses ressources humaines a un rôle à jouer ».

Il « propose que l’on puisse promouvoir l’idée d’un président pour l’Afrique du Nord. »  Pour lui,  « dans dix ans on verra émerger l’Afrique du Nord comme locomotive pour l’ensemble du continent africaine. L’Europe doit l’accompagner « .

De nombreux débats, remises de trophées, rencontres B to B sont programmées pendant les deux journées. Et une « déclaration de Bordeaux  » doit être rédigée et présentée à l’issue de la convention.

La « Déclaration de Bordeaux » va résumer toutes les recommandations qui seront faites au cours de l’ensemble de la Convention, devrait et lue dans la salle, et doit « résumer l’ensemble des recommandations élaborées pendant sa durée ».

La convention 2017 est déjà annoncée  les 8 et 9 décembre 2017.

Pour tout savoir sur la Convention Europe – Afrique du Nord de Bordeaux : conference-de-presse-bordeaux-13-decembre

france-northafrica.com

 

INTÉGRATION RÉGIONALE : LE MAGHREB INCITÉ À ÊTRE PLUS ENTREPRENANT

Les pays maghrébins sont confrontés à des défis majeurs : taux de chômage élevé, faible compétitivité internationale, forte vulnérabilité aux chocs économiques. En dépit des quelques progrès réalisés, le processus d’intégration des pays de la région reste beaucoup trop lent.

La Commission économique pour l’Afrique (CEA-Bureau pour l’Afrique du Nord) et l’Union du Maghreb Arabe (UMA) ont tenu, le 5 décembre à Rabat, la troisième réunion de concertation du Mécanisme sous-régional de coordination (MSRC) pour l’Afrique du Nord, avec la participation de plusieurs agences des Nations Unies et autres partenaires. La rencontre constitue un cadre de concertation des projets menés en soutien aux efforts de l’UMA et de ses Etats membres pour «l’édification d’un espace économique et social intégré et solidaire au Maghreb».

A l’heure actuelle, les pays du Maghreb sont confrontés à des défis majeurs, parmi lesquels une forte proportion de jeunes, un taux de chômage élevé, des systèmes de formation inadaptés, une faible compétitivité internationale, une forte vulnérabilité aux chocs économiques, ainsi qu’une exposition au changement climatique.

Selon Omar Ismael Abdourhaman, directeur par intérim du Bureau de la CEA en Afrique du Nord, «une relance du processus d’intégration de l’UMA est aujourd’hui nécessaire pour répondre aux besoins d’une croissance plus soutenue, renforcer la résilience des pays aux chocs externes…». Au moment où de plus en plus de pays «cèdent aux sirènes du protectionnisme» et face à la détérioration des prix des matières premières et des énergies fossiles, il est primordial pour les pays maghrébins de constituer une «communauté économique complémentaire et intégrée». D’autant plus que le Maghreb dispose de la plupart des facteurs structurants d’un marché dynamique : population, revenu par habitant, continuité de l’espace physique, infrastructures de transport, ressources humaines…

La Banque maghrébine pour l’investissement et le commerce extérieur sera opérationnelle en mars 2017
Taïeb Baccouche, SG de l’UMA, constate, quant à lui, que «la région du Maghreb traverse actuellement une zone de turbulences qui semble s’installer dans la durée». Et de considérer que «l’intégration économique et une coopération étroite entre les pays de l’UMA apparaissent comme les seuls moyens à même de permettre à la région de faire face aux difficultés communes». A ce titre, le SG de l’UMA a déploré le fait que le processus d’intégration des pays de la région soit beaucoup trop lent, même si des progrès réels ont été réalisés, dont notamment la mise en route de la Banque maghrébine pour l’investissement et le commerce extérieur qui sera fonctionnelle à partir de mars prochain.

Force est de constater que le projet maghrébin est entravé par divers obstacles. La zone de libre-échange en est de ce fait au stade de projet et le marché sous-régional reste l’un des moins dynamiques du continent. De même que les acquis en matière de circulation des personnes restent limités et réversibles, et le droit communautaire demeure insuffisamment connu des opérateurs économiques, de la société civile, des milieux universitaires et des médias.


En savoir plus sur http://lavieeco.com/news/economie/integration-regionale-le-maghreb-incite-a-etre-plus-entreprenant.html#ZE4eX8ZTptglsq88.99

 

dimanche, 11 décembre 2016 00:00

Afrique : « Nourrir l’Afrique 2016 -2025 »

Afrique : « Nourrir l’Afrique 2016 -2025 »

Forum africain d’investissement et d’affaires

Une centaine d’accords signés

Le Forum africain d’investissement et d’affaires, qui s’est déroulé du 3 au 5 décembre à Alger, a été sanctionné par la signature d’une centaine de protocoles d’accord et de partenariat entre opérateurs algériens et leurs homologues africains dans divers secteurs d’activité, déclarait en clôture Ali Haddad, président du Forum des chefs d’entreprise (FCE). «Ce forum n’est qu’un premier pas avant de faire de cet événement une véritable tradition», affirmé M. Haddad, qualifiant ce rendez-vous économique, émaillé d’un incident protocolaire, de «totale réussite».
Un comité de suivi des partenariats sera mis en place et se chargera de mettre en valeur les actions entreprises lors de ce premier événement du genre en Algérie, et ce, jusqu’au prochain forum, en 2019.

Le FCE, la plus grande organisation patronale du pays, a même signé plusieurs contrats et protocoles d’accord en marge du Forum. Il s’agit, entre autres, d’un mémorandum d’entente entre le président du FCE et le président de l’Union des Chambres de commerce, d’agriculture et d’industrie libyen, Mohamed Abdelkrim El Radia. Les deux partenaires œuvreront au renforcement de la coopération économique entre les entreprises économiques et commerciales des deux pays.

Un protocole d’accord pour l’organisation d’un «G20 des entrepreneurs» en 2017 en Algérie, a été signé, entre le président du FCE et le président du G20 Entreprises, Grégoire Sentilhes. La réunion est prévue pour le dernier trimestre 2017. De son côté, la Chambre algérienne  de commerce et d’industrie (CACI) a signé trois conventions avec la Chambre de commerce et d’industrie du Nigeria, celle d’Ethiopie ainsi que celle d’Afrique du Sud.

Dans le secteur énergétique, un accord de partenariat a été paraphé entre la filiale de la compagnie nationale Sonelgaz Ettarkib et son homologue soudanaise Salama dans le domaine des énergies renouvelables et de l’hydraulique. L’accord porte sur la création, dans une première phase, d’une centrale électrique solaire d’une capacité de production de 4 mégawatts pour irriguer les espaces agricoles au Soudan d’un coût de 2,5 millions de dollars. L’accord prévoit l’envoi d’une cinquantaine de techniciens et architectes du groupe Sonelgaz pour encadrer la réalisation du projet et la formation des cadres soudanais.

Les travaux de réalisation du projet seront lancés d’ici un mois pour être livré dans un délai de cinq mois. Le même accord prévoit également la réalisation d’une centrale électrique fonctionnant au gaz naturel d’une capacité de production de 480 mégawatts dans la région agricole d’El Foula, au sud du Soudan, par la société Ettarkib, ainsi que la création de près de 500 systèmes solaires d’approvisionnement de puits et d’axes d’irrigation en énergie solaire en 2017.

A noter que le Forum d’Alger, qui a réuni plus d’un millier d’hommes d’affaires, ministres, dirigeants de banque et d’entreprise de tout le continent, a émis un certain nombre de recommandations. Il était question de la création d’un fonds de financement de co-investissements en Afrique, l’identification de grands projets structurants et le renforcement de la coopération bilatérale entre les Banques centrales des pays africains en vue d’accompagner les projets de partenariat. 

 

Forum africain d’investissement et d’affaires

Une centaine d’accords signés

Le Forum africain d’investissement et d’affaires, qui s’est déroulé du 3 au 5 décembre à Alger, a été sanctionné par la signature d’une centaine de protocoles d’accord et de partenariat entre opérateurs algériens et leurs homologues africains dans divers secteurs d’activité, déclarait en clôture Ali Haddad, président du Forum des chefs d’entreprise (FCE). «Ce forum n’est qu’un premier pas avant de faire de cet événement une véritable tradition», affirmé M. Haddad, qualifiant ce rendez-vous économique, émaillé d’un incident protocolaire, de «totale réussite».
Un comité de suivi des partenariats sera mis en place et se chargera de mettre en valeur les actions entreprises lors de ce premier événement du genre en Algérie, et ce, jusqu’au prochain forum, en 2019.

Le FCE, la plus grande organisation patronale du pays, a même signé plusieurs contrats et protocoles d’accord en marge du Forum. Il s’agit, entre autres, d’un mémorandum d’entente entre le président du FCE et le président de l’Union des Chambres de commerce, d’agriculture et d’industrie libyen, Mohamed Abdelkrim El Radia. Les deux partenaires œuvreront au renforcement de la coopération économique entre les entreprises économiques et commerciales des deux pays.

Un protocole d’accord pour l’organisation d’un «G20 des entrepreneurs» en 2017 en Algérie, a été signé, entre le président du FCE et le président du G20 Entreprises, Grégoire Sentilhes. La réunion est prévue pour le dernier trimestre 2017. De son côté, la Chambre algérienne  de commerce et d’industrie (CACI) a signé trois conventions avec la Chambre de commerce et d’industrie du Nigeria, celle d’Ethiopie ainsi que celle d’Afrique du Sud.

Dans le secteur énergétique, un accord de partenariat a été paraphé entre la filiale de la compagnie nationale Sonelgaz Ettarkib et son homologue soudanaise Salama dans le domaine des énergies renouvelables et de l’hydraulique. L’accord porte sur la création, dans une première phase, d’une centrale électrique solaire d’une capacité de production de 4 mégawatts pour irriguer les espaces agricoles au Soudan d’un coût de 2,5 millions de dollars. L’accord prévoit l’envoi d’une cinquantaine de techniciens et architectes du groupe Sonelgaz pour encadrer la réalisation du projet et la formation des cadres soudanais.

Les travaux de réalisation du projet seront lancés d’ici un mois pour être livré dans un délai de cinq mois. Le même accord prévoit également la réalisation d’une centrale électrique fonctionnant au gaz naturel d’une capacité de production de 480 mégawatts dans la région agricole d’El Foula, au sud du Soudan, par la société Ettarkib, ainsi que la création de près de 500 systèmes solaires d’approvisionnement de puits et d’axes d’irrigation en énergie solaire en 2017.

A noter que le Forum d’Alger, qui a réuni plus d’un millier d’hommes d’affaires, ministres, dirigeants de banque et d’entreprise de tout le continent, a émis un certain nombre de recommandations. Il était question de la création d’un fonds de financement de co-investissements en Afrique, l’identification de grands projets structurants et le renforcement de la coopération bilatérale entre les Banques centrales des pays africains en vue d’accompagner les projets de partenariat. 

 

Abderrahmane Benkhalfa, est un expert financier et ministre des Finances de l'Algérie.

Docteur en Sciences de Gestion, diplômé de l'université de Grenoble.

Durant sa carrière il a occupé de nombreuses fonctions auprès de la Banque d'Algérie et été aussi délégué général de l'Association des Banques et des Établissements Financiers d'Algérie (ABEF).

Les échanges commerciaux interafricains stagnent à un niveau trop bas, l'Afrique consommant ce qu'elle ne produit pas, a déploré samedi le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal à l'ouverture d'un forum africain d'investissements à Alger.

Le commerce intra-régional "ne représente que 10 à 12% du total du commerce du continent alors qu'il atteint 40% en Amérique du Nord et 60% en Europe de l'Ouest", a souligné M. Sellal.

L'une des principales carences du continent africain dans ce domaine "réside dans le fait que l'Afrique ne consomme pas ce qu'elle produit et consomme ce qu'elle ne produit pas", a-t-il diagnostiqué.

"Plus de 80% des exportations africaines partent" ainsi hors du continent.

"Les échanges interafricains n'ont presque pas progressé cette dernière décennie malgré un taux de croissance moyen de 5% sur la même période", a ajouté le Premier ministre.

Il a appelé les hommes d'affaires africains à "chercher la croissance dans l'espace de l'entreprise, à travers les partenariats gagnant-gagnant" en soulignant que même une hausse des cours du pétrole dans les pays producteurs ne suffirait pas à couvrir les besoins de développement.

L'Algérie qui souffre de la baisse des prix de l'or noir et cherche à diversifier son économie encourage ses entreprises à se lancer à la conquête de l'Afrique où leurs rivales du Maroc ont pris de l'avance.

Le Maroc est ainsi devenu le deuxième investisseur africain sur le continent après l'Afrique du Sud.

Selon un rapport du centre de réflexion marocain OCP Policy Center, il a conclu avec les pays du sud du Sahara près de 500 accords de coopération depuis 2000. L'Afrique subsaharienne a représenté 62,9% des investissements directs étrangers marocains dans le monde.

De son côté, l'Algérie a exporté vers l'Afrique subsaharienne pour seulement 42 millions de dollars (40 millions d'euros) sur les neuf premiers mois de l’année en cours, soit 0,25% de l'ensemble de ses exportations, selon des chiffres officiels.

L'Afrique est le continent avec lequel l'Algérie a le moins d'échanges commerciaux.

Page 1 sur 7
© 2016 La Convention Europe Afrique du Nord. All Rights Reserved. Designed By Avinet.ma